Numéro 4 - Automne 2018

L'Eau vive

Éditorial : Briser l'isolement des auteur.e.s

David Baudemont

Contenter un groupe hétéroclite d’une dizaine de poètes, dramaturges et romanciers lors d’une retraite-atelier de trois jours, ça paraît être une mission impossible. Pourtant, ça marche.

Quel est donc le secret de retraite des écrivains francophones de la Saskatchewan qui se déroule tous les ans depuis 9 ans au monastère bénédictin de St.Peter, à 100 km à l’est de Saskatoon? Est-ce le lieu, le temps de l’année, la formule qui importe le plus? Comment, en même temps, guider l’écrivain débutant en quête de sa propre voix et l’auteur expérimenté qui cherche à tester l’impact d’un manuscrit qu’il vient d’achever? Oh!, bien sûr, certains devront tirer un trait sur leurs attentes et en ressentiront de la frustration. Mais souvent, un autre aspect de leur créativité, un autre volet de leur savoir-faire leur sera révélé.

C’est la diversité des voix et des plumes qui sont présentes qui d’elle-même révèle les particularités de chacun. Au gré des années, on a vu des auteurs et des animateurs d’origine acadienne, française, fransaskoise, finlandaise, québécoise, africaine, canadienne-anglaise, etc. (On espère élargir encore cette diversité en ouvrant la retraite aux autres provinces de l’Ouest.)

Tous ces auteurs, je crois, avaient comme but premier de briser leur isolement. Être écrivain francophone dans l’Ouest, c’est forcément une certaine solitude avec risque élevé de blocages, découragement, abandon de projet, au choix.

L’animateur réveille d’abord l’élan premier. Que ce soit Herménégilde Chiasson, Paul Savoie ou Robert Poirier par une écoute intime, Jacques Lessard par une méthode créative puissante ou Nicole Brossard par ses discussions ouvertes, tous les formateurs ont réussi à catalyser la créativité du groupe. Dès la première journée, une sorte de communion s’opère autour du mot (est-ce que l’ambiance monastique du lieu y concoure?). Les barrières tombent, on se regroupe le soir autour d’un cabaret littéraire improvisé arrosé de vins, de textes déclamés par les auteurs eux-mêmes ou des lecteurs bénévoles. On baptise ces soirées « gueuloirs », un terme emprunté à Flaubert lui-même. Rires, pleurs et exclamations se mêlent, les heures passent, euphoriques, inoubliables.

Et puis, il y a les instants de grâce. Je me souviens d’un exercice déjanté proposé par un des participants, à 22 heures passées, qui nous réunit tous dans un atelier d’art visuel situé dans les combles du monastère. De puissantes images géométriques mystérieuses m’apparurent sous forme de visions. Ce fut le départ de l’écriture d’une pièce de théâtre, Orange aux pays des Angles, inspirée d’une série de dessins abstraits.

Ce genre d’expériences furent-elles exceptionnelles? Non, absolument pas. Nombres d’auteurs ont connu ce genre d’émergences spontanées à la suite d’une simple remarque, d’un commentaire ou d’une question posée par un des participants.

Que dire de plus?  Si, à la fin du printemps, vous voyez passer dans votre boîte de réception un courriel du Conseil culturel fransaskois et de la Coop des écrivains de Saskatoon vous invitant à soumettre votre candidature, n’hésitez pas à tenter l’aventure.

Longue vie à la retraite de St.Peter!

David Baudemont

David Baudemont

David Baudemont, né à Thann (Haut-Rhin) est un écrivain, dramaturge et illustrateur canadien. Il a été élevé en France avant d'émigrer au Canada. Il est très actif dans la communauté culturelle de la Saskatchewan. En 2002, la version dramatique d'un conte urbain intitulé La Grande gravité a été présentée à l'occasion d'un festival provincial et fait partie de L'R Libre. Son roman jeunesse Les Beaux jours a été réalisé grâce à la contribution des élèves de la 7e et 8e année de l'École canadienne-française de Saskatoon et fut sélectionné au Prix Saint-Exupéry - Francophonie 2004 (France), il a ensuite remporté le Prix du livre français de la Saskatchewan en 2004 et 2008. Il illustre lui-même ses romans-jeunesse. Dans le domaine du théâtre, quatre de ses pièces ont été produites en Alberta, Saskatchewan et en Ontario. Lignes de fuite (2015) est son premier essai, illustré a l'encre et au fusain.

Article précédent Sous la lune
Prochain article Mot du comité d'édition
Imprimer
903 Noter cet article:
Pas de note

Theme picker

Actualité littéraire

Écrire en français dans les Amériques : mission impossible ?

André Magny (Francopresse) 0 3864 Note de l'article: Pas de note

Au Canada, en excluant les activités du Québec, il peut s’éditer annuellement jusqu’à 150 livres en français provenant d’une quinzaine d’éditeurs francophones. Derrière ces ouvrages, il y a les auteurs pour qui prendre la plume représente souvent un acte de foi.

RSS

Theme picker

Les artisans de ce numéro

Coordination de la publication :
Sébastien Rock

Comité d’édition :
David Baudemont, Jean-Marie Michaud, Ian C. Nelson, Jean-Pierre Picard, Sébastien Rock

Comité de lecture :
Marie Galophe, Michel Marchildon, Martine Noël-Maw

Webmestre et mise en page :
Jean-Pierre Picard

Parrainage et hébergement du site:
Coopérative des publications fransaskoises —
www.leau-vive.ca/cpf

Hébergement des réunions et café :
La Troupe du Jour
www.latroupedujour.ca

Illustrations :
Sharon Pulvermacher

Index

Index- numéro 4

Index- numéro 4

No content

A problem occurred while loading content.

Previous Next

Merci à nos partenaires et commanditaires:

Coopérative des publications fransaskoises   Conseil culturel fransaskois   Saskculture