Actualité littéraire

Le miracle du kiwi violoniste

Le Fransaskois Pierre Rivard, originaire de Saskatoon et établi à Toronto, transforme les mots en musique. Et ce, pour le plus grand plaisir des animaux qui volent la vedette dans Zoophony, un concert de l’Orchestre symphonique de Toronto inspiré par les sons des animaux du zoo de la Ville-Reine.

Auteur, illustrateur et éducateur aux multiples talents, Pierre Rivard a occupé ses jours de pandémie avec la création d’un petit héros aux courtes ailes, mais aux longues ambitions. Kiwi, oiseau malgré lui, prend son envol dans le monde musical en apprenant, miraculeusement, à jouer du violon.

Le créateur revient sur les aventures de Kiwi qu’il a couchées en mots et en images dans les pages du livre pour enfants Kiwis Can’t Play the Violin, devenus notes de musique pour accompagner le concert zoophonique.

Comment est né ce personnage de Kiwi le violoniste ?

Le personnage de Kiwi remonte à une blague ! Tout a commencé au travail quand j’ai plaisanté et dit : « Et si notre violon solo Jonathan Crow était littéralement un corbeau ? » J’ai dessiné ce personnage et je l’ai montré à mes collègues. Ils ont pensé que c’était drôle et m’ont demandé de créer des personnages pour les autres musiciens.

Image

J’ai donc commencé à travailler sur les personnages de Zoophony. C’est un orchestre d’animaux basé sur les musiciens du Toronto Symphony Orchestra (TSO). Par exemple, Darren Hicks, qui joue du basson dans l’orchestre, est devenu Darren Hawks, un faucon.

Puis j’ai rencontré un petit problème. Le violoniste Shane Kim était censé être un oiseau kiwi, mais, quand j’essayais de dessiner ce personnage, je ne pouvais pas comprendre comment faire jouer du violon à un kiwi. Je me suis dit : « Les kiwis ne peuvent pas jouer du violon ! » J’allais abandonner. Mais on m’a encouragé à continuer et c’est ainsi que Kiwi a pris vie, il a sauté de la page, m’a parlé et m’a raconté son histoire !

Personne ne connaît l’étendue de votre potentiel

Si Kiwi pouvait parler, que nous dirait-il ?

Kiwi est ma tentative de dépeindre la culture d’encouragement que j’ai ressentie au TSO : personne, même pas vous-même, ne connaît l’étendue de votre potentiel. Vous pouvez tout apprendre. Vous pouvez tout maîtriser. Il y a toujours un moyen de grandir… Le mieux que nous puissions faire est de nous entraider pour trouver ces moyens.

Comment vous est venu le désir de créer ?

J’ai grandi à Saskatoon et j’ai fait mes études à l’École canadienne-française. J’étais un enfant timide, mais j’ai toujours eu envie de faire rire ou sourire les autres. Heureusement, il y avait des gens dans ma communauté qui pouvaient reconnaître, bien avant moi, que j’avais un esprit créatif. Si ce n’était pas pour leurs encouragements et leur aide, je serais probablement un ermite reclus élevant une colonie d’écureuils acrobates en ce moment.

Image
Pierre Rivard est auteur, illustrateur et éducateur. Crédit : Courtoisie

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

J’ai toujours aimé écrire et raconter des histoires, car elles nous permettent de nous évader de la réalité pour mieux la comprendre. Mes idées viennent de mon besoin de jouer. J’aime m’amuser et j’essaie toujours de trouver des façons de faire rire les gens.

Quelle est votre expérience en tant que Fransaskois à Toronto ?

Appartenir à la communauté francophone de la Saskatchewan est ce qui me fait me sentir chez moi à Toronto. La majorité des gens ici viennent d’ailleurs et je suis pareil. Quand je me présente, les gens me demandent invariablement si je parle français, et je réponds : « Oui, mais je suis de la Saskatchewan ». Cela pique vraiment leur curiosité. J’ai perdu compte du nombre de fois où j’ai parlé des Fransaskois.

Peut-on espérer entendre Zoophony en Saskatchewan ou avoir une traduction de votre livre en français ?

Tout est possible ! N’importe quel orchestre dans le monde pourrait interpréter la pièce. Le livre est seulement en anglais pour l’instant, mais j’imagine qu’il sera traduit en français, en espagnol, et plus encore ! J’aimerais aussi que le livre soit publié en version papier. Y a-t-il des éditeurs qui lisent ceci ?

 

Pour retrouver les aventures de Kiwi en musique, rendez-vous sur :

https://www.youtube.com/watch?v=vwWS5qf3LD8

https://www.tso.ca/concert/peter-wolf-kiwi

Article précédent Jean Féron renaît dans la fierté de ses héritiers
Prochain article Le Grand barrage : un récit édifiant pour petits et grands
Imprimer
195 Noter cet article:
Pas de note

L'Eau vive

Index- numéro 6

Index- numéro 6

No content

A problem occurred while loading content.

Previous Next