Horizons

Chronique littéraire publiée dans l'Eau vive

Estelle Bonetto

Transitions

Un état. Un espace. Un esprit. Dans lequel on ne reste pas. Une charnière qui marque la fin de quelque chose et le début d’une autre. C’est le temps suspendu, une pause de courte durée ou éternisée, jamais statique, toujours en devenir. Peut-être un tremplin, un saut au ralenti vers l’infini.

L’enfant déteste les transitions. Trop confortable est-il dans le moment présent qu’il savoure pleinement. L’idée d’interrompre le confort de l’instant et de patienter, ne serait-ce qu’une poignée de secondes, dans cette espèce de salle d’attente, ouvrant la porte à la prochaine activité, lui est insupportable. Le parent a beau le prévenir, l’amadouer de tous les subterfuges possibles et inimaginables, lui promettre monts et merveilles en matière d’expert qu’il pense être, l’enfant résiste à la transition jusqu’à ce que celle-ci devienne une évidence inévitable. Une corvée. Une défaite de la pire espèce pour son cœur trop pressé de vivre, sans les contraintes autrement inventées par des adultes en quête de contrôle.

Pourtant réside dans la transition la prise de position. Celle que l’on a le choix de prendre, en toute conscience. Serait-ce l’inconnu, même en si petite part, qui nous amènerait vers une réflexion plus posée et poussée de notre être, de ses décisions, de ses solutions. Clôturer le chapitre précédent, et reposer, ainsi transi, dans l’intervalle qui nous sépare du prochain geste, de la prochaine pensée, le temps d’un souffle, d’un silence, d’un sillon tracé dans les méandres du moment. L’enchaînement révèle toute sa puissance, encore faut-il vouloir le saisir. Qui suis-je dans l’entre-deux ? Serais-je le même qu’à l’instant précédent ?

Certaines transitions peuvent paraître éternelles. Celle que nous vivons maintenant et qui s’est infiltrée sans préavis, nous laissant à sa merci, sans sursis. Si elle doit passer, comme toute chose, il est à souhaiter qu’elle cultive le terreau fertile de nos imaginations nourrissant nos rêves d’actions.

Article précédent Quelle réalité Papa ?
Prochain article La plaine est la petite sœur continentale de l’océan...
Imprimer
1004 Noter cet article:
Pas de note

Estelle BonettoEstelle Bonetto

Autres messages par Estelle Bonetto
Contacter l'auteur

Theme picker

Contacter l'auteur

x

Titres

La plaine est la petite sœur continentale de l’océan...

Extrait de Lignes de fuite de David Baudemont (Éditions de la nouvelle plume, 2015)

David Baudemont 0 722 Note de l'article: Pas de note

Pris dans l’étau des premiers grands froids, le paysage s’est figé. Les bancs de neige imitent à la perfection la houle, comme si une immense mer d’écume s’était fait surprendre par un brusque coup de gel arctique.

Transitions

Estelle Bonetto 0 1003 Note de l'article: Pas de note

Certaines transitions peuvent paraître éternelles. Celle que nous vivons maintenant et qui s’est infiltrée sans préavis, nous laissant à sa merci, sans sursis.

Les bottes de foin

Extrait de Lignes de fuite de David Baudemont, publié aux Éditions de la nouvelle plume en 2015

David Baudemont 0 2424 Note de l'article: Pas de note

Extrait de Lignes de fuite de David Baudemont, publié aux Éditions de la nouvelle plume en 2015

RSS
12345