Horizons

Chronique littéraire publiée dans l'Eau vive

Gisèle Villeneuve

Fragment nocturne

Une mère, aimée et disparue, en dialogue de nuit avec sa fille

Et alors, en ces heures d’insomnie
ma mère vient me parler.

Enfilade de mots
l’esprit ébroué refuse de s’apaiser.

Images verbales, moments fulgurants
courant électrique zappe
le cerveau.

J’entends par nanosecondes
ce grésillement
comme des interférences
dans une mauvaise communication.

Et les odeurs montent
fantômes de nuit
gouda et cumin déclenchent
les mots de ma mère.

Nous dialoguons.

Ta dépense sent tellement bon.
Et que sens-tu dans mon garde-manger?
Comme chez ma tante à Saint-Grégoire
              quand j’étais petite.
Et de quelles odeurs te souviens-tu?
Les herbes fraîches. Le thym, l’origan.
              Mais il y a autre chose.
L’odeur des chutneys?
Oui, non. Ce que je sens dans ta dépense
              c’est l’Orient du fenugrec.
Tu as vraiment identifié le fenugrec?
              Kasoori methi, l’odeur de l’Inde.
Quand je rentrerai à la maison, j’en achèterai.
Mais maman, tu ne peux plus retourner chez toi.
Pourquoi pas?
Parce que tu es morte.
Ah, oui, c’est vrai. J’avais oublié.
Chère maman. Tu es partie si subitement.
Et toi, ma fille. Tu es partie si longtemps.

*L’auteure, collaboratrice de la revue « À ciel ouvert », réside en Alberta. « Fragment nocturne » est extrait d’un manuscrit en chantier.

 

Article précédent Fable à la chinoise
Prochain article Le rêve de la poupée ou Caïn et Abel revisités
Imprimer
5599 Noter cet article:
Pas de note

Gisèle VilleneuveL'Eau vive

Autres messages par Gisèle Villeneuve
Contacter l'auteur

Theme picker

Contacter l'auteur

x

Titres

La plaine est la petite sœur continentale de l’océan...

Extrait de Lignes de fuite de David Baudemont (Éditions de la nouvelle plume, 2015)

David Baudemont 0 358 Note de l'article: Pas de note

Pris dans l’étau des premiers grands froids, le paysage s’est figé. Les bancs de neige imitent à la perfection la houle, comme si une immense mer d’écume s’était fait surprendre par un brusque coup de gel arctique.

Transitions

Estelle Bonetto 0 597 Note de l'article: Pas de note

Certaines transitions peuvent paraître éternelles. Celle que nous vivons maintenant et qui s’est infiltrée sans préavis, nous laissant à sa merci, sans sursis.

Les bottes de foin

Extrait de Lignes de fuite de David Baudemont, publié aux Éditions de la nouvelle plume en 2015

David Baudemont 0 2009 Note de l'article: Pas de note

Extrait de Lignes de fuite de David Baudemont, publié aux Éditions de la nouvelle plume en 2015

RSS
12345