David Baudemont

Le poste de brouillage

Extrait de "Le démantèlement du mur de l’Atlantique"

« Ici Londres. Les Français parlent aux Français. Les forces françaises libres combattent pour la liberté. En Normandie, la ligne de front a atteint les faubourgs de Caen. Les troupes alliées reprennent la ville aux forces allemandes, quartier par quartier. Dans le Nord, Lille est encerclée par les forces alliées. L’aviation américaine bombarde sans relâche les positions allemandes. C’est un rude combat pour la liberté. Qu’importe le sang versé, l’ennemi doit plier l’échine, il est aux abois. »

Voyons ça. Bobine Tesla, condensateur. OK, ça m’a tout l’air d’être un émetteur radio TSF bricolé. Années quarante, quarante-cinq peut-être. Westinghouse…, il y a des composantes américaines. La valise par contre, c’est signé FFI.

Ah ! La résistance !

Ça m’en a tout l’air. Vers 1943 ou 44. Avant ça, il n’y aurait pas eu de matériel Westinghouse.

« Et maintenant, quelques messages personnels. De Louise à Roger : le manchot la serre dans ses bras. Je répète. De Louise à Roger : le manchot la serre dans ses bras. De Moulin Rouge à Rose trémière : le fantôme n’est pas bavard. Je répète. De Moulin Rouge à Rose trémière : le fantôme n’est pas bavard. »

Là, si je ne me trompe pas, c’est le récepteur, quatre composantes en série dont un démodulateur, tout ça relié par du simple fil de fer de clôture. Et ça…

Du verre ?

Quelques fragments. Est-ce que ce serait… mais oui, c’est un reste de tube sélectron !

Un tube quoi ?

Un tube sélectron, une des premières mémoires électroniques à lampes. Remarquable !

Ah ! Et en quoi ?

Il n’a été inventé qu’au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Ça voudrait dire que ce poste date de 44 au plus tôt.

L’année du débarquement !

Peut-être.

Et cette mémoire aurait servi à quoi ?

Aucune idée. Stockage de données chiffrées. Un code par exemple ?

« De Germaine à Alouette : le grand-père a des nœuds dans sa barbe. Je répète. De Germaine à Alouette : le grand-père a des nœuds dans sa barbe. Et maintenant quelques nouvelles du front ; dans le Nord, la population civile soutient nos résistants, plus déterminés que jamais. Fermiers, cantonniers, ouvriers et cheminots prêtent main-forte à l’armée des libérateurs. »

Cette tache brune sur le fond, c’est quoi ?

De l’acide de batterie, je pense. L’oxydation des composantes métalliques est avancée. Le cuivre a presque été entièrement dissous, il reste quelques bouts de fils noyés dans un amas de sulfate de cuivre.

Ce qui ressemble à du sel ?

Oui, voyez-vous, tout ça devait marcher avec une batterie automobile transportée à dos d’homme. Il a dû se produire une fuite à un moment donné.

À Lille, les panzers allemands se sont regroupés dans l’est de la ville et forment une poche de résistance. La majorité des régiments d’infanterie ennemis battent en retraite. En zone occupée, nos résistants sabotent les voies de chemin de fer et les ponts. La victoire est proche, citoyens français, vos efforts ne seront pas vains. Les mimosas sont en fleur. Je répète : les mimosas sont en fleur.

Là, on ne sait pas très bien ce qui est relié à quoi. On a des lampes, une série de résistances, un interrupteur, ici…

C’est donc une pièce unique ?

… un modulateur de fréquence, si je ne me trompe. Nom de Dieu, mais ça m’a tout l’air d’être un radiogoniomètre !

Un quoi ?

Un radiogoniomètre.

C’est-à-dire ?

Un mini-poste de brouillage ! Bon sang, celui qui a conçu ça savait ce qu’il faisait ! Mais avec une si petite puissance, il fallait se trouver tout près de l’ennemi pour que ça marche. Gonflé !

Hier, les B-17 américains ont pilonné les aciéries de Lens transformées par l’ennemi en usine de fabrication de munitions. Sur le terrain, nos unités de renseignement nous ont confirmé que la production avait cessé. C’est un pas décisif vers la… »

Si je comprends bien ce que vous me dites, c’est un émetteur-récepteur et une unité de brouillage, tout ça sur du carton bouilli et de la taille d’une valise. Avez-vous jamais entendu parler d’une telle machine ?

 

Pas d’un poste de ce type. Des émetteurs TSF dans des valises, oui, c’était fréquent mais ça, non.

De Gisèle à d’Artagnan : le garde-manger est dans la remise. Je répète. De Gisèle à d’Artagnan : le garde-manger est dans la remise.

Peut-on espérer la reconstruire ?

Je ne sais pas. Dans cet état… il faudrait des mois… c’est sans garantie. Il y a pas mal de bouts qui manquent. On joue aux devinettes. Il s’agit d’extrapoler ce qui manque à partir de ce qui reste.

C’est vous l’expert. Est-ce faisable ?

On peut essayer. Je n’ai pas le temps moi-même. Il faudrait y mettre un étudiant, quelqu’un de déterminé.

De Campanule à Poulette : le Polonais est alcoolique. Je répète. De Campanule à Poulette : le Polonais est alcoolique.

J’ai quelqu’un qui se passionne pour cette période, Dieu sait pourquoi. Peut-être que… Vous avez un budget ?

Ça peut se trouver. Le 75e anniversaire du débarquement approche, les bourses se délient… On pourrait imaginer ce petit bijou au centre d’une exposition, diffuser des enregistrements de l’époque. Qu’en pensez-vous ?

Je ne sais pas, c’est votre domaine. Il faudrait que je contacte cette personne, en parler avec elle.

Ne réfléchissez pas trop longtemps, l’argent part vite ailleurs.

Je ferai de mon mieux.

Les carottes sont cuites. Je répète : les carottes sont cuites.

Imprimer
530

Index

Table des matières

Mot du Comité d’édition
Mot du Comité d’édition

Mot du Comité d’édition

Nous en voici à  notre deuxième année de publication. Nous espérons vous offrir dans notre troisième numéro un ciel encore plus ouvert à la créativité et à la communauté des écrivains et des artistes des Prairies.

Lire avec fiston
Lire avec fiston

Lire avec fiston

Lire avec fiston est un projet qui vise à donner le gout de la lecture aux garçons de 3e et 4e années en prêchant par l’exemple.

Un livre sur 50 ans de présence francophone à l’Université de Regina
Un livre sur 50 ans de présence francophone à l’Université de Regina

Un livre sur 50 ans de présence francophone à l’Université de Regina

En septembre 1968, le Centre d’études bilingues de Regina voyait le jour au cœur de l’Université de Regina. Cinquante ans plus tard, La Cité universitaire francophone et le programme du Bac en éducation française sont les fiers représentants de la francophonie à l'université.

RSS
12

Merci à nos partenaires et commanditaires:

Coopérative des publications fransaskoises   Conseil culturel fransaskois   Saskculture