Premier pas

Mot de présentation du comité d'édition

Nous sommes ravis de vous offrir le premier numéro d’À ciel ouvert : une collection de onze auteurs partageant treize textes.

Après plus d’une douzaine de rencontres, généreusement hébergées par la Troupe du Jour et parrainées par la Coopérative des publications fransaskoises, ce premier numéro offre des textes d’auteur(e)s principalement de la Saskatchewan, avec une heureuse contribution d’un Franco-Manitobain en exil volontaire.

Suivant le mandat de cette revue littéraire, dont la mise en œuvre s’effectue en Saskatchewan, notre main demeurera solidement tendue à nos compatriotes écrivant dans l’amitié du Manitoba, près de la rose sauvage de l’Alberta, et à tous ceux et celles qui ont le cœur ou l’esprit enraciné dans la Prairie.

Ces onze textes numérisés traverseront nos frontières à la vitesse de la lumière. Nous espérons que les lettres, les sons, les images et les rythmes agencés à ciel ouvert vous accompagneront lors de vos migrations littéraires et vous feront voyager sur les ailes de l’imaginaire.

La littérature est restée longtemps l’enfant pauvre de la culture francophone en Saskatchewan. À part les romans du prolifique Jean Féron (1881-1955) et quelques rares textes publiés dans Le Patriote de l’Ouest, ce n’est que vingt-cinq ans ans après la fin de la répression linguistique gouvernementale que s’élevèrent les premières voix d’auteurs francophones de la province. Réflexe de l’opprimé ? Quelles qu’en soient les raisons, les années 80 et 90 marquèrent la fin de l’époque du silence. La création des Éditions Louis Riel en 1984 et du magazine littéraire Ruelle en 1992 déclenchèrent une véritable une explosion littéraire, comme si le monde s’était soudainement mis à l’écoute d’une voix restée en sourdine pendant plus d’un demi-siècle.

D’abord, bien sûr, on raconta les luttes : pour la survie de la langue ou contre les éléments. La lutte des cousins Métis aussi. Puis avec l’arrivée d’immigrants européens, les genres et les sujets se diversifièrent. Les récits ou biographies de pionniers laissèrent la place à la poésie, aux essais, aux romans, aux albums et romans jeunesse. Le français des Prairies se métissa de Québécois, de Franco-Ontariens, de Belges, de Suisses, de Français de l’hexagone. Aujourd’hui, les Éditions de la nouvelle plume et leur équipe de bénévoles se diversifient un peu plus chaque année.

Quand à la lutte, pour la survie de la langue, elle est encore là, anglicisation et médias électroniques obligent. Il manquait aux auteurs d’ici un outil qui permette d’échapper à la pression, d’accéder à un auditoire plus vaste. C’est chose faite avec cette revue en ligne dont l’initiative revient à Sébastien Rock, qui s’est reconnu dans les mots et la généreuse passion de son comité de bénévoles : David Baudemont, Jean-Marie Michaud, Ian Nelson, Jean-Pierre Picard et autres comparses du Cercle des écrivains de la Saskatchewan.

La Prairie est une terre nourricière. Où que vous soyez et quand vous le voudrez, venez vous y rassasier.

Et surtout, n’oubliez jamais, avec Éluard, qu’en cette ère surprenante où on aimerait nous faire croire que les existences peuvent être dissimulées dans l’ombre des murs, la terre demeurera elle-même, malgré notre myopie momentanée, « bleue comme une orange ».

 

-David Baudemont et Sébastien Rock
Pour le comité d’édition d’À ciel ouvert

Imprimer
715

Theme picker

Index

Table des matières

Mot du Comité d’édition
Mot du Comité d’édition

Mot du Comité d’édition

Nous en voici à  notre deuxième année de publication. Nous espérons vous offrir dans notre troisième numéro un ciel encore plus ouvert à la créativité et à la communauté des écrivains et des artistes des Prairies.

Lire avec fiston
Lire avec fiston

Lire avec fiston

Lire avec fiston est un projet qui vise à donner le gout de la lecture aux garçons de 3e et 4e années en prêchant par l’exemple.

Un livre sur 50 ans de présence francophone à l’Université de Regina
Un livre sur 50 ans de présence francophone à l’Université de Regina

Un livre sur 50 ans de présence francophone à l’Université de Regina

En septembre 1968, le Centre d’études bilingues de Regina voyait le jour au cœur de l’Université de Regina. Cinquante ans plus tard, La Cité universitaire francophone et le programme du Bac en éducation française sont les fiers représentants de la francophonie à l'université.

RSS
12

Theme picker

Merci à nos partenaires et commanditaires:

Coopérative des publications fransaskoises   Conseil culturel fransaskois   Saskculture